Projet Recyclage & Valorisation des filets de pêche usagés

La pêche professionnelle génère comme toute activité économique des déchets plastiques importants. Le polyamide, polyéthylène ou polypropylène sont des polymères (matière de base d’un plastique) utilisés dans la fabrication des filets de pêche, cordage, ou casiers.

Dans certains pays, notamment en Italie, en Espagne ou aux Etats-Unis tout un circuit d’économie circulaire a déjà été mis en place pour le recyclage du matériel de pêche. En France, les matières plastiques recyclées par la filière nationale sont uniquement celles faisant l’objet de la collecte dans les « bacs jaunes » (qui exclut les polyamides). En effet, les matières plastiques issues des activités de pêche et les macro-déchets présents en mer ne sont pas collectés ni recyclés par cette filière. La collecte et le recyclage de ces matières tente donc de s’organiser à travers des actions locales.

 

 

Aujourd’hui, la plupart des ports de la Région n’étant pas équipés pour la collecte et le recyclage ou valorisation du matériel de pêche usagé : les déchets liés à l’activité de pêche ne sont ni traités ni valorisés alors que leur matière pourrait être recyclé ou valoriséLa création de filières de recyclage et de valorisation des déchets plastiques et de sous-produits marins est donc un enjeu important pour l’environnement et pour l’économie régionale.

 

 

Ainsi, depuis 2015, grâce au soutien de la Région Sud, de l’ADEME et du Conservatoire du Littoral, l’APAM travaille sur le projet de valorisation des filets de pêche usagés qui a pour objectifs :

  • la recherche de solutions pour valoriser les filets de pêche usagés ou la matière de ces filets,
  • notamment par la mise en place d’une filière de recyclage des filets de pêche usagés ou de leur matière ;
  • tout en donnant une meilleure image des pratiques liées à la pêche.

 

 

Le projet se déroule sur plusieurs phases dans lesquelles l’APAM travaille conjointement avec d’autres partenaires (Associations d’insertion, Acteurs portuaires, Transformateurs, Collectivités territoriales, etc) :

  • Phase 1 : Collecte et stockage : mise en place de la collecte des filets de pêche usagés et planification de leur stockage ;
  • Phase 2 : Transport : transport des filets de pêche usagés dans les filières de recyclage/valorisation identifiées ;
  • Phase 3 : Débouchés : recyclage/valorisation des filets usagés ou de leur matière.

La phase de collecte et de stockage du projet s’est mis en place autour de 8 ports pilotes de la Région Sud : Antibes, Cannes, Saint-Raphaël, La Seyne-sur-Mer, La Ciotat, Saint-Mandrier-sur-Mer, Port-Saint-Louis-du-Rhône, et les Saintes-Maries-de-la-Mer. De plus, dans le cadre d’un partenariat avec le Conservatoire du Littoral, un terrain de stockage a été mis à disposition de l’APAM, à Hyères, dans la zone de Salin des Pesquiers.

Concernant les débouchés, l’APAM s’est associée à l’entreprise Sea2See afin de tester le recyclage des filets de pêche usagés.

 


Projet Filidéchet – Etude sur le recyclage des engins de pêche et d’aquaculture

L’aquaculture, et plus spécifiquement la mytiliculture, produisent comme toute entreprise des déchets plastiques (matière plastique « polyéthylène » et « polypropylène » pour les pochons à moule usagés) liés à leur activité.

Aucune filière de traitement de ces engins d’aquaculture usagés n’existant à ce jour, il est important de trouver des débouchés pour le recyclage et/ou la réduction des déchets, afin d’anticiper les charges à venir pour les professionnels.

 

 

En 2019, l’APAM a lancé le Projet Filidéchet – Étude sur le recyclage des engins de pêche et mytiliculture, en partenariat avec la Région Sud et l’ADEME.

Ce projet a pour objectif de tester, en zone portuaire, dans la Coopérative Aquacole de Port Saint Louis du Rhône (COOPAPORT) et dans la Ferme Aquacole de Tamaris de La Seyne-sur-Mer, des solutions concrètes pour le recyclage des déchets plastiques issus de l’activité mytilicole.

 

 

Dans le cadre de cette étude, il est prévu d’effectuer une phase test sur la définition du déchet (broyé sur site, lavé, conditionné, etc.), la formation des professionnels sur la préparation des déchets ainsi qu’une étude de marché pour la définition du produit fini.De plus, l’APAM s’est associée à l’entreprise MP Industries afin de tester le recyclage des pochons à moules usagés.